AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Et tu n'auras plus jamais soif [fin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kim
¦ Designeuse - Truc qui traîne
avatar

Nombre de messages : 315
Age : 24
P\'tit mot : P'tit test xD
Date d'inscription : 12/12/2007

MessageSujet: Et tu n'auras plus jamais soif [fin]   Jeu 24 Juil - 19:14

Ma parole autant que mon action parut surprendre le Magicien, dont le regard ambré fut traversé par une étincelle d'hésitation. Ses doigts, refermés sur ma gorge, desserrèrent quelque peu leur étreinte, alors que ma conscience, à moitié submergée par la privation d'air et les murmures de l'éternel secret, me revenait peu à peu. Avec l'énergie du désespoir, je saisis de mes deux mains les doigts de l'homme et tentai de les écarter afin de me libérer de son étreinte, mais sa force était encore bien trop supérieure à la mienne pour que je puisse espérer l'emporter ainsi. Mais en réalité, c'était bien plus la panique que la raison qui guidait mon geste. L'étincelle d'hésitation disparue dans ses prunelles ambrées, le Magicien accrut de nouveau son étreinte, guidé par la rage seule. Naxyld demeurait silencieux, et cet homme allait me tuer s'il persistait à se laisser aveugler par la haine que nous avions nous-même attisée. Le jeune homme aux cheveux bleus avait-il succombé aux assauts de l'Ybrid ? Je ne pouvais le savoir, le Magicien me dépassant d'au moins deux têtes et sa large carrure m'empêchant de distinguer l'action se déroulant derrière lui. Sentant davantage mes forces m'échapper, je relâchai le contrôle que j'exerçais sur une partie de ma magie pour lutter contre l'inconscience. Mes oreilles s'effilèrent, mes ailes noir de jais réapparurent dans mon dos. A nouveau, l'hésitation sembla traverser le cœur du Magicien.

« Laissez-moi... vous aider... implorai-je, dans un souffle. »

L'homme se figea, son esprit en proie au doute. Son dilemme intérieur me parut durer une éternité, alors que je menaçai à tout moment de rendre moi-même les armes contre l'inconscience et contre ma propre magie pour garder une taille humaine et ne pas me faire écraser par la poigne du Magicien. Mais au moment où il me parut que tout espoir était perdu, les ténèbres m'enveloppèrent. Des ténèbres qui étaient d'une nature différente de celles qui nous emportent la conscience. L'homme venait de nous téléporter tous deux dans cette pièce sombre dans laquelle j'avais mis les pieds au début de mon investigation, dans laquelle le maléfice semblait toutefois s'être allégé, sans pour autant disparaître. Si bien que lorsque le Magicien ouvrit sa main, je tombai comme une masse sur le sol, mais parvins à garder contact avec la réalité. Tout comme je sentis que ma magie demeurait intact, malgré les chaînes invisibles qui entravaient chacun de mes gestes.

Mais j'abandonnai bien rapidement l'idée de tenter un geste physique, quel qu'il soit. Je sentais, à deux pas de moi, la présence du Magicien, qui demeurait immobile, comme absorbé dans ce combat intérieur qui le déchirait. Me tuer aurait été facile, mais il semblait qu'il avait retardé l'échéance par un sursaut de volonté, l'éloignant momentanément des ténèbres qui le tourmentaient. Aussi me laissai-je totalement submerger par ma propre magie, celle de l'éternel secret, qui était à n'en pas en douter celle qui me permettrait d'aider cet homme pris en étau par ses différentes pulsions, ne parvenant pas à se décider entre Magie blanche et Sorcellerie.

Les murmures s'amplifièrent, devinrent des voix audibles, prononçant des mots intelligibles, comme je n'en avais jamais fait l'expérience. Les secrets multiples de l'homme me submergèrent, ma vision des ténèbres dans lesquelles nous étions plongés s'effaça pour laisser place à des bribes de souvenirs, enfermés au plus profond du cœur du Magicien. Les images se succédèrent, sans discontinuer, jusqu'à ce que mon esprit sature et que l'inconscience ne m'emporte. Une magie puissante mais sans contrôle requérait toujours une contrepartie conséquente.

Ce fut la douleur qui me ramena à la réalité, la main puissante du Magicien m'administrant une gifle magistrale. Sentant qu'il s'apprêtait à réitérer son geste, je refermai prestement ma main sur son poignet, passant outre la contrainte de son maléfice, à notre grande surprise. J'en profitai néanmoins pour investir ma main de magie blanche, qui calma les tremblements agitant sa main, tout comme elle sembla chasser la lueur de folie présente dans son regard ambré.

« Qu'as-tu vu ? »

Son ton était impérieux, quoiqu'empreint d'une certaine fatigue, trahissant ses efforts pour lutter contre ses propres ténèbres. Je demeurai cependant coi, accusant un instant de surprise se muant en hésitation. L'éternel secret ne permettait guère de jouer les devins. Ce que j'avais vu, cet homme en avait d'ores et déjà la connaissance. Dans une certaine mesure. Son autre main, refermée sur le col de ma veste, se fit plus insistante.

« [color=dimgrey]… Votre soif de mort, finis-je par répondre, plantant mon regard gris acier dans celui de mon interlocuteur. »

L'homme se figea, le désespoir se disputant à la colère dans son regard. D'un geste rageur, il défit son poignet de mon étreinte et lâcha mon habit, se redressant pour se détourner, s'éloignant avec le pas du condamné se résignant à son propre sort. Une vision qui ne manqua pas de faire monter en moi une colère nouvelle.

« Vous le saviez déjà, poursuivis-je avec aigreur. N'faîtes pas comme si j'vous avais appris quelque chose d'nouveau. »

Un soupir fendit les ténèbres et je luttai contre la contrainte du maléfice qui sembla s'accroître brusquement. Je poursuivis néanmoins, d'une voix plus douce, plus calme.

« Mais vous n'aviez pas perdu espoir. Vous savez... pourquoi... »

La pression maléfique s'accentuant et mes ressources magiques ayant été fortement diminuées par l'éternel secret, je sentais l'obscurité se refermer à nouveau sur moi, suffocante. Ma main retomba sur le sol, alors que j'usai cette fois-ci de ma magie brute pour empêcher celle du Magicien de prendre totalement l'ascendant sur moi-même, la forçant à courir dans chacun de mes circuits, même s'il ne s'agissait là que d'une mesure désespérée qui ne me ferait gagner que quelques secondes.

« Pourquoi tout a changé... Vous le savez... »

Son hésitation fut presque palpable. Le maléfice perdit en intensité, alors que sa voix, torturée, perça les ténèbres :

« Les Ybrids. »

Sa magie, bleue, illumina brusquement la salle dans toute sa totalité, chassant la moindre parcelle de ténèbres, révélant son visage dont les prunelles ambrées débordaient de tristesse. Le bois du plafond se mut sous la force de sa transmutation, créant un trou par lequel chuta la créature contre laquelle Naxyld et moi nous battions quelques minutes plus tôt. Dans la main du Magicien apparut en un éclair de magie bleutée une lance acérée, qu'il lança avec une précision époustouflante, la pointe de l'arme venant se nicher droit dans le cœur de la créature heurtant le sol avec violence. La bête poussa un long cri d'agonie avant de rendre l'âme.

Je me relevai et tournai les talons, rejoignant silencieusement la porte afin de laisser le Magicien entamer son deuil, seul. Mes prérogatives en tant qu'Illuminae s'arrêtaient là. La voix de l'homme s'éleva cependant, alors que je m'apprêtai à franchir le seuil de la porte.

« Attends. »

Je me retournai, alors qu'il se détournait de la créature qui avait été son ami, et également la cause de son conflit. La tristesse marquait chacun de ses traits, mais ses larmes demeuraient silencieuses.

« Je te dois des excuses. »

D'un signe de la tête, je lui fis comprendre que je n'en tenais pas rigueur et m'apprêtai à nouveau à partir, quitte à devoir revenir par la suite. Mais l'homme sortit des dessous de sa cape les deux lames qui étaient miennes et me les tendit, essuyant de son autre main les larmes qui avaient coulé sur ses joues.

« Et des remerciements, ajouta-t-il. Je... je savais qu'ils m'influençaient. Mais je ne... »

Les mots refusèrent de sortir de sa gorge, et je lui évitai l'effort de les chercher en posant une main sur la sienne, tandis que l'autre se refermait sur mes deux armes, toujours rangées dans leur fourreau respectif. Et même si le regard qu'il riva sur moi était chargé d'une immense peine, j'y décelai également une lueur de gratitude. Sa main vint de nouveau chercher un objet sous sa cape, qu'il me tendit également.

« Dis-lui que je reprendrais quand... j'aurais fait mon deuil. »

Mes doigts se refermèrent sur la gourde, qui me paraissait bien futile en comparaison de ce que j'avais accompli en ce lieu. Avoir aidé un homme à retrouver l'espoir me paraissait bien plus important que sa création pourtant merveilleuse, qui allait reprendre.

« Je n'sais pas... si ce choix était le bon. Mais...
- Ne t'inquiète pas, me coupa-t-il, avec une douceur chargée de tristesse. Ce choix était le mien. »

Nous échangeâmes un regard, le silence demeurant, les mots cependant inutiles à présent. Je finis cependant par tourner les talons, adressant quelques dernières paroles au Magicien :

« Prenez soin de Naxyld. Et de l'autre, aussi. »

_________________




Feyd Yul Svent, Tiregan niveau 0:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://testdesign.highforum.net
 
Et tu n'auras plus jamais soif [fin]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» mail jamais arrivé
» Arctic monk : Les singes n'ont jamais froid !
» HAPPINESS ◮ Ne jamais jouer à saute-mouton avec une licorne.
» Celui qui lie l'amour et la beauté n'a jamais connu l'amour. Celui qui lie l'amour et l'horreur a déjà aimé.
» Offre de remboursement qui n'a jamais été effectuée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pierre de Lune :: Saphir :: Quartz :: Opale-
Sauter vers: