AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Itgel naidvar

Aller en bas 
AuteurMessage
Umenali

avatar

Nombre de messages : 2
P\'tit mot : P'tit test xD
Date d'inscription : 27/07/2018

MessageSujet: Itgel naidvar   Ven 27 Juil - 23:27

Musique:
 





Un souffle, une respiration, un poids vient de se lever, je ne pensais pas en être autant soulagée. Raah est mort, l’usurpateur qui en voulait à ma vie, est mort. Tout cela me laisse un goût amer, la prise de vie, encore et toujours, le seul remède pour en sauver d’autre. Je comprends le geste et je commence de mieux en mieux à l’accepter. Le blanc devient gris, se tachant de pourpre et l'innocence s’envole, au profit de la réalité. Ce monde n’a jamais été aussi blanc que je le pensais, je le sais désormais.
Je pensais ne jamais me relever de cela, que ce changement serait bien trop douloureux et pourtant, une main est toujours restée tendue, une présence à côté de moi, toujours là, me protégeant et me veillant. Ma moitié, certes, que serais-je sans lui, mais une autre étoile a commencé à briller, de plus en plus fort, protégeant de sa lumière, le faible moineau immaculé, volant, insouciant.

Pourquoi… ? Pourquoi est-ce au moment où tout sembles aller mieux, que tu semble grandir, prendre confiance, relever la tête, que je commence à comprendre, à apprendre et à accepter… Pourquoi la folie… La peur, la douleur et l’angoisse viennent-elles reprendre le dessus, comme un fantôme revenant de la mer d’étoile, afin de détruire tout ce qui semblait acquis. Le moineau a été fauché en plein vol et l’étoile gardienne vacille…
Mon frère, mon âme soeur, moi qui te pensais aussi solide que la roche de la steppe et aussi infaillible que les eaux de l’océan, te voilà aujourd’hui qui chavire, qui doute de nouveau, cherchant cette place qui pourrait être la tienne, en vain. Tu sens la folie te gagner et tu en connais possiblement l’issue. Je refuse, comme toujours, ce n’est que mon avis et je veux croire que tu as tort, que tu te trompes, qu’Isarmaux se trompe, que tu t’en sortiras et que tu ne chuteras pas.
Mes mains tremblent et je sens mes yeux se troubler, en y pensant, je revois ton regard perdu, cette douleur et cette culpabilité qui t’enserre quand tu perçois ma détresse. J’aimerais pouvoir éteindre mes doutes, mon inquiétude, simplement te rassurer et continuer à te guider, pour avancer. J’essaye, j’ai l’impression parfois, sans résultat, mais… c’est ainsi et ça le restera. Je t’ai promis de ne pas me mettre en danger et je tiendrais cette promesse, mais j’ignore comment faire taire cette douleur au creux de ma poitrine, chaque fois que je te vois te perdre, douter, te demander si tout ceci à un sens, si un jour tu oublieras, ou non.

Je sais que tu nous fais confiance, que nos mots restent les seules armes que nous ayons et nous continuerons à nous battre, sans faillir, pour toi, simplement, parce que l’on t’aime. Il faut simplement continuer d’y croire, espérer et ne pas oublier.
Le ciel est clair ce soir, le père disparaît derrière la cime des arbres alors que la mère commence à arriver. C’est le seul instant où les amants peuvent se rencontrer, sans même se toucher, l’instant où meurt le jour et où naît la nuit. Bientôt, les étoiles apparaîtront, offrant aux yeux de simple mortel, le spectacle d’un millier de points scintillant, sur une toile d’un sombre bleu. Certains verront des âmes passer de l’autre côté, finissant leur travail de veille pour se reposer, d’autre encore les prieront, espérant que leurs vœux soient entendus. Si je pouvais en formuler un seul ce soir… que tu puisses vivre, libre, sans folie, voir ce sourire sur ton visage, retrouver une possible chaleur sur ta peau…

Naahma, si tu m’entends ce soir, donne-moi simplement du temps et l’espoir. Je ne demande rien de plus. Pour lui, pour moi, pour nous tous. Mes décisions ne sont pas toujours les bonnes, mais je fais au mieux. Le guider est la tâche que l’on m’a confiée, je ne peux me résoudre à faillir, si la mer d’étoile est ce qui doit lui arriver, alors… je le ferais, mais laisse-moi simplement croire, qu’une autre issue est possible, sans qu’il en souffre.
Je t’en prie, Mère… Laisse-moi simplement y croire.

Itgel naidvar….
Revenir en haut Aller en bas
 
Itgel naidvar
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pierre de Lune :: Rubis :: Jais-
Sauter vers: